Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 07 avril 2010

toujours là

Oui, je suis toujours là ... le printemps reviens. Ma vie est comme un jeu de lego, dans laquelle des choses s'emboitent, tranquillement...

Ce titre est extrait de l'album de Berry: Mademoiselle

Année de sortie : 2008

Paroles Enfant De Salaud

Espèce d'enfants de salaud
Fils de putain et fils de chien
Je n'irais pas trouer ta peau
Je te laisse ton scalp et tes os

Ne crains pas de balles dans ton dos

Oiseau de malheur, gibier de potence
Tu crains le toccin, la sentence
Ne redoute pas ma vengeance
Dans mes yeux plus de sanglots
J'enterre les colts et les couteaux
Même si je flanche un peu
Je ne te ferais pas ce cadeau

Qu'on le veuille ou non
Quand on a affaire à un
Qu'on le veuille ou non
C'est bien plus élégant, plus étonnant
De s'en sortir vivant

Mais je me fous du déshonneur
Du temps qu'il fait ou du bonheur

Je n'attends rien, vieux scélérat
Sombre vaurien, vu les dégâts
Très doucement je prends le vent

Je me souviens, je me rappelle
Un beau matin les hirondelles
Un duvet sur le crâne rasé
Le sourire sur la gueule cassée
Tandis que toi, fieffé salaud
Dans ta maison, tes compagnons
Ne sont que regrets et remords

Qu'on le veuille ou non
Quand on a affaire à un
Qu'on le veuille ou non
C'est bien plus élégant, plus étonnant

De s'en sortir vivant

Commentaires

Enfin vous revoila Dame Créa, je passais régulièrement ici mais rien depuis décembre ... Très joli texte que celui-ci et qui, je pense, correspond bien à certaines situations .....
Le principal même si c'est en légo, est que la reconstruction se poursuive, continuez ainsi et bon courage.

Écrit par : mandragore | lundi, 12 avril 2010

il est venu le temps ...bientôt peut-être pour moi, tout détruire, pour pouvoir rester en vie...qui sait, le bout du bout...garder une main sur le fil pour pouvoir sortir du trou, courage à vous et à nous toutes quand on n'en croise un, si seulement on savait, nous prendrions nos jambes à notre cou plutôt que de nous pendre au sien

Écrit par : endestruction | jeudi, 06 mai 2010

Les commentaires sont fermés.