Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 01 mai 2009

L'abeille ermite

abeille-miel-Apis-mellifera_2886.jpg

 

 

Il y a décidément des curiosités dans la nature. Occupée ce matin à déplacer mes bouquins, histoire d’enfin les classer par auteur, par taille, à défaut, à les dépoussiérer, je tombe sur une chose curieuse : un amas un peu de travers d’alvéoles et de la poudre jaune, derrière quelques livres de poche. Et moi, d’aspirer, d’essuyer, énergiquement. Et là, je vois une abeille, qui tournique, bourdonne, panique. Une ravissante abeille, toute ronde, soyeuse, éclatante. J’ai bien observé, elle est seule. Et là, je réalise. J’ai détruit une mini ruche. La butineuse était sortie se ravitailler et revenant, découvre son logis ravagé. Jamais personne ne l’avait remarquée. Discrète, timide, effacée. Jamais un bourdonnement, ni une activité fébrile. Je me plais à croire qu'elle s'est installée parce que la sérénité est revenue dans ma vie, qu'elle est heureuse de la partager. Même au désespoir, elle a été exemplaire. Nulle colère, nulle agressivité. Elle s’est remise au travail, toute la journée, allant et venant. Je me suis écartée pour la laisser entrer tranquillement. Et ce soir, entre Sartre et Tolkien, l’étagère est un peu poudrée de pollen. Elle dort, épuisée. Et elle est désormais bienvenue, cette messagère du bonheur qui a même réussi a ne pas être repérée par les chats. Bienvenue, petite ermite. Je mettrais des fleurs pour toi, sur le balcon, histoire que tu puisses butiner à proximité et de l’eau bien sucrée, pour ta gourmandise, toi, qui, curieusement alors que c’est tellement contraire à ta nature, a décidé de vivre seule…

Les commentaires sont fermés.